Arkadia PC demeure à votre service durant le confinement.

Droits voisins : Google ne bafoue pas la loi

Des éditeurs, journalistes, réalisateurs, photographes et politiques remontent au front pour s’attaquer à la décision de Google. D’un trait de plume, la firme de Mountain View est parvenue à désamorcer la loi sur les droits voisins. Mais contrairement aux affirmations de leur nouvelle tribune, Google ne bafoue pas ce texte.

 » C’est comme si vous travailliez, mais qu’une tierce personne récoltait sans vergogne et à l’œil le fruit de votre travail. Ce 27 août 2018, Sammy Ketz, reporter de guerre de l’AFP dépêché par l’une des responsables de l’agence, dénonçait la reprise des extraits d’articles sur Facebook ou Google Actualités.

Des termes durs et vifs en plein débat européen sur la directive DAMU (ou droit d’auteur dans le marché unique).

Ce 22 octobre 2019, nouvelle tribune pour fustiger cette fois la décision de Google… d’arrêter ce  » pillage. Joli paradoxe signe d’une incompréhension du texte, pour ne pas dire d’une certaine manipulation des faits.

Entre ces deux dates, la directive fut votée au Parlement européen. Le 20 mai 2019, le texte est publié au Journal officiel de l’UE. La France avait pris soin, à l’initiative du sénateur David Assouline, de déposer un texte de transposition bien en amont. Résultat des courses : Paris a pu s’enorgueillir d’une belle longueur d’avance sur les autres capitales européennes.

Demain, trois mois après sa promulgation, cette loi sur les droits voisins entrera en application. Comme le veut l’article 15 de la directive, elle consacre la possibilité de faire payer les sites commerciaux qui reprennent ces fameux  » snippets (extraits) au profit des éditeurs et agences de presse.

Lire l’article complet sur le site du rédacteur : ⭐ Droits voisins : Google ne bafoue pas la loi

01 47 08 98 38

Pin It on Pinterest